PK 18,un dimanche à la plage

Publié le par Marie-Laure


PK 18 la plage un dimanche
C'est une plage comme toute les plages de sable.
Vous en connaissez certainement de semblables et surement de plus belles.
C'est une plage de sable blond,un peu gros,rien à voir avec le sable à la couleur et au toucher de talc des plages de BoraBora.
C'est un dimanche,les pluies sont terminées,les tahitiens ont séché leur maison,nettoyé leur jardin et ce premier dimanche de grand beau temps après le déluge du mois de janvier voit une foule colorée s'étendre et se promener sur le bord de mer.
Tout au bout,au fond à droite,un couple a dressé une tendue verte proposant sur des tréteaux des sandwiches,des verres de glace pilée aromatisée de sirop aux couleurs vives.
Des amis  se retrouvent,une bouteille de bière à la main et discutent assis dans l'eau.La glacière sur le sable garde le pique nique au frais.
Un peu à l'écart,sur une bande de vieux coraux érrodés,deux fillettes s'amusent


Elles ont cueilli de larges feuilles de plantes poussant en bordure de plage près des habitations.
Elles jouent,tranquilles,concentrées,étalant méthodiquement les feuillages sur le sable après les avoir lavé dans les vagues. 
Leurs longues chevelures d'ébène coulent sur leurs épaules,coulures d'encre sur leur dos bronzés.Quelques mèches encore humides frolent les joues de la plus grande.
Le soleil diapre de lumière leurs silouhettes menues.
Leur grand frère surveille,assis contre la haie ,un ukulele entre les bras.Des amis l'accompagnent à la guitare.Les notes s'égrennent acidulés,bulles de légéreté.
Hier,pourtant,la plage était déserte,une vahine,de l'eau jusqu'à la taille pèchait.



Elle arpentait le bord de mer en short et soutien gorge,un long filet replié sur un morceau de bois et trainait derrière elle une nasse en osier.
Armée de son filet,de sa nasse et de son masque et tuba,elle recherchait des petits poisson argentés.
Ils se déplacent en banc et de temps en temps se regroupent en boule,nuage brillant sous la surface.
La mama,car c'est une vahiné agée qui pèchait plantait son baton dans les sable et déroulait doucement son filet en faisant une courbe autour des petits poissons.
La boucle fermée,elle tirait peu à peu vers elle les mailles du filet jusqu'à ce qu'il ne reste qu'une poche,un sac enfermant les minuscules prises.
Elle tranvasait alors son butin dans la nasse d'osier et repartait refaire la même scène un peu plus loin.
La matinée a passée,la nasse remplie et le diner tout trouvé.
Les poissons,une fois vidés et nettoyés dans les vagues finiront en friture ou au citron ou lait de coco.
Demain c'est les vacances scolaires,une semaine.Les centres aérés vont poser des bouées flottantes pour délimiter une aire de gaignade.
Les enfants rieurs,joueront sur le sable sous l'oeil attentifs des adultes,gouter au bord de l'eau et des trucks sympathiques reviendront les chercher .
La nuit s'étendra sur le lagon,changeant le bleu de la mer en mer de mercure aux reflets argentés et métalliques.

Commenter cet article

Mimisan 08/02/2007 12:47

Ce n'est "qu'un moment en bord de mer" mais tu en parles d'une façon qui le fait sentir spécialement.Bises

:0038:@nne marie :0010: 06/02/2007 16:27

Et je t'envoie de gros bisous      @nne marie  
 

:0002:@nne marie :0010: 05/02/2007 17:06

Bonne semaine ! ! Bisous de la terre des pharaons      @nne marie