Destruction ou protection?

Publié le par Marie-Laure

En Polynesie Française,la vigilance concernant l'introduction de toute plante ou espèce animale est constante et soumise à des controles draconiens.

Par exemple,nous avons acheté un petit chien,un yorkshire,en France lors de notre dernier séjour.Le rapatrier sur Tahiti a été un véritable parcours du combattant.
Tous les vaccins possibles bien sur,mais doublés par des prises de sang pour s'assurer des anticorps.Ensuite quarantaine d'un mois à Londres dans un chenil agréé,visite à l'arrivé surle territoire Polynesien et revisite 5 mois après.Bref des mois de démarches et un cout exorbitant pour une boule de poil de 5 kilos.
La longueur des démarches et le cout sont vraiment des dissuasifs.

Cependant cette vigilance est indispensable.
Le service phytosanitaire est extrèmement actif,campagne de sensibilisation auprès des touistes et des voyageurs.
Il faut avoir que l'apport de nouvelles variétés végétales par exemple peut occasionner des disfonctionnements dans la flore,mais également dans toute la chaine alimentaire d'autres animaux.
Une plante peut héberger un insecte ou une maladie,un parasite suceptible de contaminer un partie,voir l'ensemble de la flore de l'île.

Un exemple ,la petite fourmi de feu.
Cet insecte a été repéré il y a environ 3 ans  dans des zones bien répértoriées.
Cet insecte est persona non grata car il présente un danger extrème.
C'est une espèce particulièrement agressive et envahissante.Elle doit son nom a la douleur de sa piqure.
Elle s'attaque à tout ce qui bouge,autres insectes,lézard,oiseau et leurs oeufs et même les animaux domestiques comme leschiens et le bétail.La piqure chez ces derniers peut entrainer des infections,des lésions cutanés et même de graves problèmes oculaires.
Un vingtaine de foyers ont été recensés à l'est de Papeete sur  Mahina et quelques incursions sur Paea  et Punaauia .(voir la carte)
La guerre contre la fourmi de feu a déjà commencé par un programme de répérage et la participation active de la population.Tous les renseignements sont centralisés et même l'armée a été appelé en renfort pour sonder les régions montagneuses plus difficiles d'accès.
La prolifération de cette fourmi entrainerait un énorme déséquilibre,car les espèces animales sont peu nombreuses,endémiques et très interactives les unes par rapport aux autres.

De nombreux oiseaux trouvent pitance dans le garde manger "insectes et lézards".La raréfaction de leur alimentation  déssimerait une population parfois très précaire.
La destruction de cette envahissante bestiole est programmée,mais en fait qui gagnera ce duel étonnant.
Si vous le désirez,visitez deux sites www.disonoria.com/fourmi_feu.htm
www.fenua-animalia.org/FA/pff/fr/indexA.htm
Vous aurez une idée très précise des dégats,c'est très spectaculaire et les images impréssionnantes!

Par contre,une espèce d'oiseaux,le Monarque de Tahiti est entouré de tous les soins,de toutes les prévenances.
Cet oiseau de la taille et de l'aspect d'un merle,car si il en a la couleur sombre,son bec est blanc et non jaune,est un hote discret et très rare de certaines vallées de Tahiti.
4 ou 5 vallées sur la cote ouest près de Paea seraient le refuge de ce petit oiseau.Il est comptabilisé,ses déplacements notés,et bien sur ses lieux de villégiature, de reproduction et nidification très protégés.
Cet oiseau est dans une situation très critique.Sa population a chuté inexorablement jusqu'en 2004 où il semble se stabiliser.
Il est très difficile d'avoir un relevé exact car certaines vallées très escarpées non pas été visitées depuis plusieurs années.Les statistiques manquent donc de mises à jour.Cependant vue l'extrème précarité de ces animaux,le pessimiste reste d'actualité.
Il faut bien comprendre que lorsqu'une espèce disparait en totalkité,c'est irrémédiable,impossible de faire machine arrière,impossible de la récréer.
Le Monarque de Tahiti ou Omama'o ou encore gobe mouche se nourrit d'insectes et n'élève que peu de petits.Très craintif,discrèt,il se cache dns la végétation.
Son mode alimentaire en fait une victime toute désignée si notre fourmi de feu étendait son invasion.
De plus s'attaquant aux oeufs,cela amoindrirait considérablement les possibilités de reproduction de notre Monarque.
Les rats débarqués des navires de marchandises ont déjà causé d'énormes dégats dans la faune polynesienne.
Une simple fourmi pourrait agir sur l'environnement de cet oiseau de telle sorte que ses jours seraient comptés si rien n'est fait pour éliminer ce minuscule prédateur.
Je vous propose le site de l'association ornithologique veillant sur cet oiseau entre autres.
www.manu.pf/Terrestres.html
Une alerte vient d'être annoncé sur les chaines télé.
Un voilier ayant fait escale aux Marquises ,Bora Bora,avait lors de son arrivée en Nouvelle Zélande des passagers clandestins redoutables.La grande fourmi de feu espèce nettement plus impressionnante mais extrèmement dangereuse car elle possède un attout imparable,elle a des ailes!
Imaginez sa capacité de déplacement.
Les zones d'accostage du voilier sont depuis sous haute surveillance et chacun espère que cette espèce n'aura pas eu le temps de débarquer et surtout de produire des reproductrices en masse.
U seul mot Gare aux fourmis!

Commenter cet article

Vero 09/06/2007 17:03

Mince et pas de bol pour les autres fourmis qui étaient intégrées... Véro

:0038: @nne marie :0010: 05/04/2007 18:45

Et cela continue ! ! Je rame, tu rames, OB rame et nous ramons tous ensemble ! ! lol ! Bonne fin de journée et bizzzz @nne marie

nathy 04/04/2007 07:43

Tu as fais un très bel article, et c'est vrai qu'il faut faire beaucoup de chose pour que son animal soit près de soit, mais bon c'est aussi pour une bonne cause.
ça permet aussi la protection de leur faune.
Car une fois que l'animal a disparu c'est trop tard, regarde à la Réunion c'est un oiseau appellé le DODO qui a disparu et c'est dommage et d'autres animaux sur la terre sont suceptiblent de disparaitre aussi.
Bisous, Nathy.
 
 

Mimisan 04/04/2007 07:32

Le monde est devenu petit aec les facilités de communication, mais en même temps c'est malheurusement d'autres choses aussi, négatives, qui sont plus faciles...