En attendant l'éclaicie!

Publié le par Marie-Laure



L'Orage approche,le déluge est là!
Dans un précédent article,"Tahiti in the rain",je vous écrivais que la télévision avait fait un gros titre sur les pauvres touristes condamnés à attendre dans leur hotel une éclaircie.
Non seulement l'amélioration n'est pas arrivée,mais elle ne fait pas partie des prévisions.Loin s'en faut.
La télé a consacré son JT aux intempéries et aux  dégats occasionnés.
La nuit de mercredi à jeudi a été pour certains habitants une nuit blanche car impossibilité de dormir à cause des tirs d'artillerie que la pluie mitraillait sur les toits,mais surtout l'anxiété de ceux qui ont construit leurs habitations près d'une rivière ou adossées à la montagne.
L'île deTahiti est en fait constituée  de deux parties,Tahiti nui(grand) et Tahiti iti(petit).Comme deux îles soudées entre elles par un étranglementla route marche sur la mer,de chaque cotè,à cinquante centimètres au dessus du niveau de l'eau.
La route démarre de Papeete avec le point kilomètrique zéro,PK0,longe la cote Ouest par Punaauia,Paea,Papara pour rejoindre la petite agglomération de Taravao au PK60,soit 60kilomètres à l'ouest.
Par la cote Est,la route arrive également à Taravao PK60,soit en tout 120km de périmètre.Si vous la parcourez,vous avez fait le tour de Tahiti nui.
Tahiti iti,la presqu'île est plus authentique,encore préservée de grandes structures touristiques.
Il existe une route,mais elle n'en fait pas le tour.Entre les deux tronçons,une terre vierge,un chemin de promenade,des marae blottis au fond d'une vallée.
Elle est prisée par les surfers,gros rouleaux,l'intrépidité est de mise.
La Polynesie ancestrale,plus sauvage,plus campagne pour certains,on retrouve l'ambiance feutrée de Moorea et des iles plus lointaines.La réalité polynesienne.
Les habitations sont situées de par et d'autres de cette route unique,le long de servitudes,petites rues sans issue,perpendiculaires coté mer et coté montagne.
Lorsque la route est coupée,elle est vraiment coupée.Il faut faire tout le tour de l'ile pour se rendre à destination.
La surpluviosité de ces derniers jours a fragilisé les sols,grossi les rivières.Certaines sont sorties de leur lit ce dernier trop étroit suite à l'essorage massif des nuages au dessus des montagnes.
Les torrents boueux ont dévoré à grosses bouchées rageuses les  arbres et roches au passage.Les ponts ont été littéralement submergés,bouchés par la profusion des déchets.Les rivières ont escaladées la route,vomissant leurs flots dans les jardins et maisons.
Coté montagne,la terre gorgée et repue a cédé à de nombreux endroits,libérant les pierres noires et lisses serties dans ses flancs.
Tout a basculé,attiré vers la mer,labourant,creusant et dévastant les versants.
Bilan:200 familles relogées en urgence en attendant,des centaines de mètres cube à déplacer,une usine de peinture écrasée par un glissement de terrain,risque de pollution sous controle mais il faudra attendre,une cellule de crise rapide et efficace en tout cas!
La pluie est devenue rideau liquide.
C'est mathématique,physique.Les gouttes,énormes,lourdes,serrées les unes contre les autres comme un goutte à goutte trop rapide donne l'illusion d'une corde fluide.Les milliards de gouttes construisant des milliards de ces cordes ont englouti le paysage dans un brouillard fumant.
Les pompiers ont assuré toute la journée.Les pelleteuses ont déblayées.
Mais la plage est souillée.Un agglomérat de branches,de troncs,de palmes et également de bouteilles plastique et différents objets non identifiables si ce n'est d'origine non végétale s'entasse.
La mer semble nous dire"retour à l'envoyeur,gardez vos cochonneries"!
Dans quelques jours,quelques semaines,les cicatrices seront guéries,les maisons,les jardins,les routes,les plages nettoyées.
Mais le corail et l'eau douce ne font pas bon ménage.Il ne se développe pas près de l'embouchure des rivières.
Espérons qu'il n'aura pas subi trop de dégradation.
Quand il existe une passe dans la barrière de corail c'est l'indication que de l'eau douce s'épanche dans le lagon.
Une île sans passe est une île sans rivière.
On attend!
Après la pluie vient le beau temps....





Commenter cet article

Mimisan 23/01/2007 17:08

Tous ces sols trop meubles... au japon aussi il  y a facilement des problèmes d'éboulement, de glissement de terrain etc...J'ai prévenu quelques uns des "bonjour" (le début de ma liste) ai-je pensé à te dire de le faire en leur rendant visite???Et pense à la carte, j'ai vu qu'Anne-Marie t'a prévenueBises

bernard 23/01/2007 14:42

bonjour  de France ......
merci pour ce blog très interessant
bonne journée 

Véro 21/01/2007 11:28

Je vois que vous avez aussi des soucis avec la météo. C'est fait nous t'avons ajouté à la mosaïque :
http://veroeddy.over-blog.com/article-4615320.html
Bon vent....
Véro

Yvon 21/01/2007 09:50

Tahiti sous la pluie diluvienne, c'est pas rigolo, j'en ai fait l'expérience même su c'était en novembre et mon dernier jour de vacances sur place.
La baie de Cook est une merveille et j'y ai fait de super promenades.

A-L 20/01/2007 09:32

Salut, ton blog est très joli, et je suis ravie de le découvrir...