Mon père me tennait par la main chapitre 7

Publié le par Marie-Laure


Je suis scotchée!
Je viens de raccrocher le téléphone.
Je tremble dans le fauteuil où je me suis laissée tomber.
Complètement sonnée!

Je repasse la conversation ,les mots que je viens d'entendre et me demande vraiment si je n'ai pas révé.
C'est pas possible.
Franchement,je suis KO,jamais je ne m'attendais à ce genre de proposition.
Comment,pourquoi?
Je sais ce que j'ai entendu,mais....
Je voudrais avoir mal entendu,mal compris.

Véro vient d'appeler,elle m'a parlé,évoqué l'état de Papa et donné sa solution!
C'est là le problème !
Sa solution m'a réellement déstabilisée.
J'ai vraiment l'impression d'avoir reçu un coup de poing,un uppercut,tel un boxeur,je suis dans les cordes.
J'attends plusieurs minutes dans le hall où se trouve le poste de téléphone avant de rejoindre maman au salon.
C'est elle qui avait répondu,ma soeur voulait me parler.
J'avale ma salive,j'ai la gorge sèche.

Il y a quelques jours,juste avant mon arrivée,quand elle est venue tenir compagnie à maman,elle lui avait proposé de venir habiter la villa.
Elle pensait déménager et s'installer chez mes parents pour pouvoir s'occuper de Papa dés son retour.
Maman m'en avait touché quelques mots,mais ce n'était pas dans ses préoccupations immédiates et la discusion en était restée là.

Il y a plusieurs années,après son divorce et sa mise en ménage avec Fred,ils étaient venus vivre à la villa pendant un peu plus d'une année.
Personne,même nos parents,n'avait très bien compris leurs motivations,car à l'époque ils travaillaient dans la société de boulangeries à Lyon avec mon frère.
Ils occupaient l'appartement au dessus d'une des boulangeries.
Peut-être était ce pour une raison financière ou bien parce que c'était un logement que Véro et son ex mari Pascal avaient habité auparavant.
Personne n'a posé de question.
Vivre à Villars causait pourtant des problèmes,trajets quotidiens sur Lyon,en pleine nuit pour Fred et très tôt le matin pour Véro,changement d'école pour les enfants.
Papa et maman n'ont pas su,m'ont ils dit,mais ils les ont hébergés et cette cohabitation,cette promiscuité plutôt,avait couté à mes parents,plus moralement que financièrement d'ailleurs.
Ils ne se sentaient plus vraiment chez eux.
Ils nous en ont parlé à Thomas et moi,mais bien après.
Ils ne voulaient pas de conflit disaient ils.
Mais est ce qu'il y aurait eu conflit,franchement,à discuter?

Je fais une parenthèse.
J'ai moi même cohabitée avec Serge chez maman .
Papa était parti depuis deux ans.
J'en parlerai plus loin.
Mais cela ne s'est pas très bien terminé.
Peut-être que de parler de cet épisode remettra la vérité à sa place...

Véro et Fred avaient installé leurs meubles à l'étage de la villa qui leur était attribué.
Ils avaient remisé ceux de mes parents au grenier.
Fred avait percé des trous dans les murs sans demander à Papa.
Mon père se plaignait de ne plus pouvoir choisir ses programmes télé lorsque Fred était là car il accaparait la télécommande.
Il faut dire que Fred est assez particulier,disons qu'il manque de tact et d'éducation.
Sa spécialité est de commencer un repas et de sortir de table dès qu'il est rassasié pour mettre la télé ou lire un bouquin au salon,et  cela qu'il y ait des invités ou non.
Il a même fait le coup le jour de son repas d'anniversaire !
Dans la famille,nous n'avons pas l'habitude de ce genre de comportement et nous avons tous été surpris que Véro ne lui en fasse pas la remarque.
De plus,il a tutoyé mes parents aussitôt fait connaissance,sans leur consentement.
C'est des attitudes qui peuvent paraitre bénignes,mais qui ont dérangé.
Fred n'agit pas ainsi par bravade ou pour provoquer.
C'est sa façon d'être,il a été élevé de cette manière.
Il ne pense pas aux conséquences,d'ailleurs pour lui,il n'y a aucun mal à agir ainsi,c'est naturel.
Mais il est vrai que cela nous déstabilise toujours.
Famille et éducation différente.
Fred a deux frères,sa maman les a élevés seule.
La papa est parti lorsqu'ils étaient petits.

Pour les repas également il y a eu quelques frictions.
Lorsqu'ils s'en chargeaient,le régime "nuggets",Mac Do comme disait Papa,n'était guère prisé,mes parents étant complètement réfractaires à ce genre de nourriture.
Apparemment ils n'ont pas beaucoup participé aux frais de fonctionnement de la maison,EDF,eau taxes,etc...
Mes parents n'ont jamais fait aucune critique,ils se sont forcés à s'adapter,ils ont attendu,ont préféré se taire pour"éviter le conflit".
C'est la version qu'ils nous ont relatée.
Peut-être ont-ils exagéré?
Pour être franche,je dois avouer n'avoir que leur version et Thomas a reçu les mêmes confidences que moi.
Je n'ai jamais abordé le sujet avec Véro.
J'aurais du.
Mais crainte de ses réactions,de ses paroles.
Envie de garder une semblant d'entente.
Le dialogue n'a jamais été facile entre nous.

Toujours cette image de mains griffées,de visage fermé quand enfant quelque chose la contrariait.
Auparavant,elle avait sa Moncel pour tout aplanir,tout dédramatiser.
Les bras de Moncel étaient toujours grands ouverts pour accueillir ses angoisses et ses chagrins d'enfant.

Cependant connaissant Fred,je pense qu'effectivement Papa et maman  ont souffert de cet état de fait.
Le plus intelligent aurait été la discusion.
Après tout ils étaient chez eux et si quoique ce soit les ennuyait,ils auraient du affronter plutot que faire l'autruche!
Mais je comprends,j'ai moi même des réactions identiques.
Bref maman pour le moment ne se sent pas le courage d'assumer une seconde expérience.
Ce qu'elle cherche,le tranquilité,surtout lorsque Papa sera de retour,l'apaisement après l'épreuve.

En rentrant au salon,maman me trouve un air bizarre et me questionne.
Mon premier réflexe est de me taire,mais après tout,Véro m'a posé certaines questions et c'est maman qui doit prendre une décision,pas moi.

Véro a commencé à me demander si maman m'avait fait part de leur proposition de s'installer à la villa auprès d'elle.
J'ai répondu que oui,mais qu'elle ne m'a pas dit sa décision et que nous n' avons pas vraiment abordé la question.
Véro m'a alors demandé d'insister auprès d'elle car c'est important.
Si maman est d'accord,il faut qu'ils s'organisent,donnent leur congé de la location qu'ils louent,que Véro se mette en quette d'un travail sur Villars.
A ce moment,je me suis posée cette question.
Comment pensait elle s'occuper de Papa si elle prenait un travail!
Je lui ai expliqué que l'état de Papa demanderait énormement de disponibilité,un personnel qualifié et presque omniprésent.
Elle a continué en me demandant de contacter Thomas pour lui expliquer sa proposition.
C'est à ce moment là que la solution envisagée a pris un tour singulier.

Ils allaient devoir faire des sacrifices étant donné l'obligation de rester auprès des parents durant peut-être de nombreuses années,et qu'au décès de Papa et maman,il ne faudrait pas qu'ils se retrouvent "le bec dans l'eau"
C'est son expression:le bec dans l'eau!
Ils ne pourraient pas garder la maison s'ils devaient payer la part de Thomas et la mienne et que ce serait bien si je pouvais en parler à Thomas pour régler ce problème en leur faveur !!!!!
En gros,payer pour les services rendus.
Je l'ai ressenti ainsi,brutalement.

Un délire,un délire total.
Papa est terrassé sur son lit d'hopital et voilà la solution envisagée.
On parle argent,et oui argent!
On se place,on se met sur les rangs d'une hypothétique succession!
Une horreur!
Je cherche une excuse.
Elle s'est mal exprimée,mais non les mots sont bien là,se détachent tous,flambant neuf dans ma mémoire.
C'est bien elle qui a parlé.
Avec ces mots là.
Les mots!
J'ai beau repasser la conversation comme on rembobine un enregistrement sur magnéto,les mêmes mots résonnent.

Réaction de maman.
Pas de surprise!
Moi qui répugnais à lui faire part de la teneur de cette conversation!
Elle m'explique qu'ils lui ont déjà parlé de la maison.
Etant donné que mon frère et moi avons tous deux averti que lorsque nos parents ne vivraient plus à Villars nous ne viendrions pas nous installer à la villa,Véro et Fred ,interressés eux,pensaient pouvoir l'occuper.
Définitivement peut-être.
Je vais de découverte en surprise.
Tout cela a été pensé.
Merde,incroyable!
Je décide donc d'appeler Tom pour lui faire part de leurs doléances.
Je transmettrai le message jusqu'au bout.

C'est difficile.
J'ai la nausée.
La gorge serrée,les mots ont du mal à sortir.
Véro m'a vraiment assommée.
Merde,parler fric,de maison,en ce moment,j'en reviens pas.
Thomas est scié lui aussi.
Silence.
J'entends sa femme Thérèse derrière lui qui réagit.
Elle est boulversée,dit plusieurs fois"ce n'est pas possible".
Thomas rassemble ses idées,il me demande comment maman a réagi.
Je lui réponds qu'elle n'a pas été surprise et lui repéte les propos qu'elle a eu avec eux.
Nouveau silence.
La conversation est laborieuse.
J'ai des sanglots dans la voix.
Chacun au bout du fil,consternés,décus et génés.
Consternés d'une telle proposition,déçus et génés d'en être les témoins.
Avec Tom,on pense qu'elle s'est mal exprimée.
Elle a été maladroite.
Oui c'est ça maladroite.
Elle veut bien s'investir,mais pas à perte.
Donner son temps,son attention,mais avec une contrepartie en quelque sorte.
Mais habiter la villa est déjà un contrepartie!
Elle a été trop brutale.
C'est surtout cette éventualité de succession,donc de disparition des parents qui m'a agressée.
Les mots restent des mots.
Ils ne sont pas toujours le reflet de notre pensée.Ils peuvent la dénaturer,la déformer.
Depuis ses problèmes de santé dans son enfance,elle est restée fragile,nerveusement fragile.
Souvent elle dénature,soupe au lait comme Papa d'ailleurs.
Tempérament identique sur ce point là.
C'est une constance chez les Curvat,Véro,Papa,ma Grand mère.
Fatigue
Nous sommes tous tellement fatigués en ce moment.
Tous sans exception,Véro,Tom et moi.
Je crois que notre sensibilité st si exacerbée que nous avons des difficultés à faire la part des choses.
Merde,ce n'était pas le moment de songer à cela.
L'horreur de devoir l'envisager viendra bien assez tôt,qu'on le veuille ou non.

Cette édifiante conversation avec ma soeur a au moins le mérite de me faire réfléchir sur le devenir de maman si jamais Papa venait à disparaitre.
Coté maison,je sais qu'il ne peut y avoir de problème.
Mes parents ont fait le nécessaire chez le notaire lors de la construction de la villa.
Donation au dernier vivant.
Maman aura la jouissance totale de sa maison.
Mais maintenant,je veux être certaine que personne ne pourra l'influencer à la vendre.
Etre sur qu'elle restera chez elle tant qu'elle le souhaite.
Merde,merde et merde,j'en reviens pas d'être dans l'obligation de penser à des trucs pareils.
A cet instant précis,j'en veux à Véro,à elle et à Fred,sans hésitation.





 

Commenter cet article

:0014: @nne marie :0010: 13/01/2007 11:35

  Bon week end ! ! Nous partons demain au Caire pour deux ou trois jours ! ! Suis contente, on va faire du shopping et...............plein de photos ! ! Il y aura des articles mais pas de news letter lol ! ! Gros bisous                  @nne marie

:0014: @nne marie :0010: 12/01/2007 14:52

  Déchirant récit : la vie n'est pas toujours évidente ! ! je n'ai pas eu du tout ce problème ayant laissé à maman ma maison de Reims lorsque je suis venue m'installer ici et je suis fille unique n'ayant eu, moi même qu'une fille ! !  Petit coucou du pays des pharaons ! ! !   Gros bisous                  @nne marie