Un motu de Moorea

Publié le par Marie-Laure

Un Motu à Moorea

La plupart des iles de polynesie ont une frange de coraux qui se hérisse à quelque distance des reliefs.
Le lagon s'étale entre ces deux éléments.
D'un coté la rive où se succèdent plages de sable blanc ou noir parées de touffes de cocotiers et d'arbres variés,de l'autre la chevelure d'écume de la barre de corail.
Parfois,entre ciel et terre,les pieds dans l'eau translucide,un motu dresse sa chevelure végétale.
Le motu de la photo est le motu Ahi Afareaitu.
Il se situe sur l'ile de Moorea.
Lorsque l'on débarque sur l'ile,au port de Vaiare,il faut suivre la route sur la gauche.
Des pêcheurs font secher leurs filets coté mer.Un super marché impose son parking coté montagne.
On suit des yeux la bande blonde de la plage jusqu'à un centre de promenade en mer.
Ballade dans le lagon,plongée sous controle dans l'aquarium aux multiples couleurs et variétés de poissons qu'est le lagon de Moorea.
Devant cette portion de littoral trone le motu.
Le robinson qui somnole en nous se reveille en touchant cette ilot miniature.
Dépaysement total.
Le charme fait son effet.Le philtre envoutant de ce coin de Pacifique emplit les veines et vous fait succomber.
Petite butte de sable dressée telle une taupinière sur la peau ondulante de la mer.
La végétation immigre.
D'abord les cocotiers dont les noix transportées par les vagues viennent buter sur la plage.
Les oiseaux apportent une grande contribution à l'échaffaudage de ce jardin.
Ils sement au gré de leur déjection les graines d'un grand nombre de variété.
Les marées,les orages laissent échouer des branches arrachées auxquelles pendent encore des fruits qui donneront de nouvelles pousses.
La vie s'arrime,s'agrippe,s'immisce partout.
Tous les moyens sont bons pour ammener celle ci.
Sous ce climat,la végétation est luxuriante,généreuse.
Tout pousse.
L'arbre à pain,le huru,véritable manne.Le gout ressemble à celui de la pomme de terre et on l'utilise pour les mêmes recettes.Aliment de base pour le maa tahitien.
C'est un repas complet.Il se cuit dans une fosse creusée dans le sol.Les aliments sont enveloppés dans des feuilles.On les recouvre de pierres brulantes,de cendres qui continuent à chauffer lentement après avoir été recouvertes de larges feuilles et de terre.
La cuisson est longue,mais l'ouverture du four tahitien est une avalanche d'odeurs qui vous invitent à la dégustation.
Les avocatiers,les bananiers,les manguiers,les différents agrumes,le tamarin,le corrosol,les pommes canelle,les lychees,les papayes,les goyaves sont les variétés les plus répandues.
Les plantes légumes comme le manioc,les patates douces,les ignames,le taro sont abondants et nutritifs.
Tout est abondance et luxuriance.
Les couleurs,incontournables.Les arbres sont constéllés de fleurs.
Le flamboyant et sa chevelure de feu,rouge ou jaune,les frangipaniers aux effuves suaves,les hibiscus et les alamandas aux teintes variées,la végétation explose de senteurs et de coloris.
 Le motu est un jardin en plus petit,bordé de sable clair,au dessus duquel naviguent les oiseaux.
Nidos bruns,sternes,pailles en queue,aigrettes,chevaliers,vini,bulbules se poursuivent,s'ébattent,nidifient et gazouillent.
Le rivage est peuplé de la même multitude de poissons.
Nature généreuse.
Abondance.
Moorea plusieurs motus,plus au nord,vers Haapiti,près de l'ancien hotel du club Med.
Certains sont habités et accueillent les touristes pour des séjours hors normes.
Impression de lointain.
Surenchère de l'authentique.
Le plus célèbre est peut-être celui qui appartenait à Paul Emile Victor à Bora Bora où son fils propose une escale rafinée.
Certaine petite parcelle ont fait énormément parlé d'elle.
Une ile minuscule,Tétiaroa,posée entre Tahiti et Moorea,un peu à l'est.
Je vous en parlerais dans une autre photo.
Mais c'est un autre rendez-vous!





Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article