une journée au motu

Publié le

Une journée au motu.
Un parmi tant d'autres.
Celui ci se trouve dans le lagon de l'île de Raiatea.
Près de la passe de Miri Miri,sur la cote ouest.
Une passe,c'est une ouverture dans la barrière de corail.
Un passage qui permet l'accès à la haute mer.
Généralement cela signifie qu'une rivière,une source d'eau douce se déverse dans le lagon.
L'eau douce empèche le corail de se développer et ainsi une brèche se forme dans cette barrière érigée par ces petits batisseurs sur laquelle les vagues s'éparpillent en écume.

ponton.jpg 

On demarre d'un ponton,route de bois s'étirant jusqu'au tombant,c'est à dire l'endroit où se termine la plage et où la profondeur s'affirme.
Quelques minutes de navigation et on débarque sur un ile miniature,le motu.
Tranquilité.
Calme,juste les trilles de quelques oiseaux nous accueillent et jaillissent des ombrages.
Sternes fuligineuses aux dessus des ailes et calottes grisatres,comme si elles s'étaient roulées dans la suie.
Sternes blanches,immaculées fendant l'air pour se jeter dans les ondes telles des lames brillantes.
Sensation de lointain,comme si l'on abordait un rivage inconnu.

motu-face-tenape.jpg
Frange de sable blanc.
Vision de carte postale.
Cocotiers penchant leurs troncs rugueux au dessus du clapotis des vagues.
Tamanu et résineux s'élevant dans le ciel limpide.
Chuchotis des feuillages,froissements de palmes.
La chanson du vent sur le vert des feuilles.
Odeur sucrée des noix de coco tombées au sol.
Senteurs de résine et de végétation,comme souvenir de maquis ou de garrigue.
Une cabane,emmitoufflée par la végétation témoigne que le motu est visité.
Cabane de pécheur.

motu-interieur.jpg

La plage s'étire,la mer taille,façonne la cote,s'infiltrant dans chaque méandres.
Contraste.
Le bleu,le blanc,le vert se mèlent et se détachent.
Les longs futs des cocotiers s'alignent,se serrent l'un contre l'autre créant une ombre douce et reposante.
Parasols naturels.



Troncs griffés et boursouflés au pied avant de s'enfoncer dans le sable.
Les longues palmes s'agitent au dessus de nos tètes.
Impression de papier froissé.
Les vagues s'évanouissant tout près installent une rengaine
Ronronnement,le sable chante quand la mer le remue.
Comme torrent dévalant lit de pierres.

motu-face-tahaa.jpg

Au loin,Tahaa aligne sa silouhette et sa capuche nuageuse.
La plage descend en pente douce vers le turquoise du lagon et les patates de corail,taches sombres dans la transparence des eaux.
Le soleil paillette d'argent la surface,déposé par le pinceau de ses rayons.
Nos pas ont criblé l'étendue sablonneuse.

Allongée sous les feuillages,les yeux dans le ciel,les orteils enfoncés dans le sable,je me suis assoupie.



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

kelly et catherine 15/08/2007 22:17

l'eau est effectivement bien claire ca donne envie de ce plonger dans l'eau ...

Véro 07/08/2007 11:52

Alors là, j'aurais ien aimé être de la partie. Véro

jackline :0059: 12/07/2007 00:24

Ha !! arrêtes...c'est trop beau !! tu me fais rêver et ça me rappelle tant l'ile Maurice..j'y suis allée en janvier 2006, et espère y retourner un jour..trop chouette ces plages, j'entends la mer..bisous Marie-Laure, et merci de ta visite sur mon blog..à bientôt :0091:

marie-laure 12/07/2007 09:42

Si je te fais réver et bien c'est parfait.Je propose des promenades,des réveries au bord du lagon et merçi,je vois que cela marche,réél plaisir!Amitiés

jean-marie 11/07/2007 15:43

rebonjour, Marie-Laure...Un monde étrange et si beau et que tu sais faire aimer... un petit monde venu de nulle part, semble-t-il...c'est un pays poète...bises amicalesjean-marie

marie-laure 12/07/2007 09:40

Merçi,mais ton dernier article,ton menu aux parfums du midi était lui aussi tout un poème!Amitiés

Audrey:0008: 11/07/2007 13:36

Bonjour Marie-Laure, quelles jolies photos vraiment ça donne envie, je te dis à bientot, merci d'etre passée à tres vite ! bisesAudrey